La branche de recherche de Google vient de présenter un prototype de microscope dopé à la réalité augmentée. Grâce à cet outil, les praticiens décèleront plus facilement, et plus rapidement, les tissus cancéreux.

C’est au congrès annuel de l’Association américaine pour la recherche contre le cancer (AACR) que les chercheurs de Google ont présenté un prototype de microscope couplé à de la réalité augmentée (Augmented Reality Microscope). Relié à un outil informatique, il identifie les cellules cancéreuses puis les fait apparaître en surbrillance pour s’assurer que le médecin les repère.

Les zones délimitées par un trait vert sont des cellules cancéreuses.

 

Ce projet vient de l’envie de développer les utilisations du deep-learning dans la médecine de Google. Pourtant, aujourd’hui encore, seul un pathologiste peut découvrir une anomalie à l’œil nu, les images numériques de cellules étant encore pas assez répandues. C’est pour cela que les chercheurs du GAFA ont développé ce nouveau microscope, capable d’accélérer la découverte et l’analyse de ces cellules par le médecin, à défaut d’inventer un procédé capable d’effectuer cet examen à sa place.

D’ores et déjà testé sur des cellules de cancer du sein et du cancer de la prostate, ce microscope reste un prototype qui devra être sujet à une étude de grande ampleur avant d’être déployé dans les hôpitaux ou les cliniques du monde entier. Les chercheurs ont d’ailleurs pensé cet outil afin qu’il puisse être intégré à des microscopes traditionnels, ne demandant pas aux équipes médicales de remplacer entièrement leur matériel. Selon les équipes de recherche, le AR Microscope devrait également être capable de déceler d’autres types de cancer, voire même certaines maladies infectieuses dans certains pays en voie de développement, comme la malaria ou le paludisme.

Les chercheurs considèrent que cet outil innovant pourrait avoir un très grand impact sur la médecine mondiale, mais également qu’il pourrait être utilisé dans d’autres domaines, comme les sciences de la vie ou la découverte de nouveaux matériaux.

Crédits photo :