Selon AppFigures.com, de moins en moins de nouvelles applications seraient publiées sur l’App Store, donnant un avantage conséquent à Google Play, sa voisine Android.

Comme relevé par le site TechPulp.net, les équipes d’AppFigures.com présentent les chiffres 2017 des publications d’applications sur les répertoires iOS et Android. Selon leurs chiffres, sur les douze derniers mois, l’App Store a perdu près de 5% de ses applications, passant ainsi de 2.2 à 2.1 millions app disponibles sur sa boutique. Google Play, à l’inverse, voit ses catalogues augmenter de 30%, en proposant ainsi près de 3.6 millions.

De nouvelles règles plus strictes

Apple, désormais boudé par les développeurs ? Pas tout à fait. Cette baisse du nombre d’applications répertoriées s’explique avant tout par le renforcement des règles de validation et de publication mis en place par la firme à la pomme. Plus difficile donc d’y faire publier votre dernier bijou technologique. De plus, le passage aux architectures 64-bit ne facilite pas non plus la vie des équipes de développeurs.

En octobre 2016, les équipes directionnelles de l’App Store ont, de ce fait, débuté un ménage impressionnant dans leur catalogue. Spam, clones, applications non-conformes aux nouveaux formats 64-bit… des centaines de milliers de domaines ont ainsi été éjectés du système.

Les développeurs priorisent tout de même Google Play

Mais ce grand chamboulement dans les règles de publication et ce grand nettoyage ne justifient pas totalement cette baisse. La plateforme Android a publié un million et demi de nouvelles applications sur sa plateforme en 2017. C’est 17% de plus que l’année précédente. Les développeurs iOS n’ont atteint, eux, que les 750.000 nouveautés, soit une baisse de 2.9%. La plus importante depuis 2008.

Gardons toutefois à l’esprit que 17.500 applications ont également été transférées du catalogue iOS au catalogue Android, jouant sur l’avancée de Google Play. A l’inverse, les applications Android passant à l’iOS n’étaient, elles, que 7.500 en 2017.

Article original à retrouver ici.

Crédits photo : CC0 License