La startup Presscast, payée au résultat contrairement aux agences classiques, réinvente le modèle des relations publiques.

Pour faire parler de votre projet et sur les conseils avisés d’un expert de la communication, vous avez créé une page Facebook, des comptes Twitter et Linkedin et écrivez régulièrement sur votre blog d’entreprise pour « maitriser votre image » et être votre propre « plateforme de marque ». Vous voyez votre nombre d’abonnés augmenter rapidement mais, le nombre de vos nouveaux clients, lui, stagne au même point. Ce problème courant concerne plus d’une PME française.

« Pour la communication d’entreprise, l’avantage que les réseaux sociaux avait sur les médias traditionnels diminue année après année »

Pour Guillaume Collard, à la tête de la startup PressCast, également directeur d’une agence de web-marketing depuis dix ans, entre les changements incessants des algorithmes de Google et de Facebook, « le retour sur investissement généré par la création et le maintien de son propre réseau de distribution médiatique est moins évident aujourd’hui qu’il y a quelques années » pour les PME.

En effet, ces dernières années, les coûts de communication et de publicité ont explosé sur ces plateformes. Chez Facebook, par exemple, chaque changement d’algorithme a pour but de restreindre davantage les communications d’entreprises hors contrats publicitaires. Une politique assumée par Mark Zuckerberg qui expliquait en début d’année que le temps passé sur Facebook devait être du temps « bien utilisé », mais plus certainement un moyen pour le site de forcer les entreprises à mettre la main au porte-monnaie en échange de visibilité.

Du coté de la presse traditionnelle, le rouleau compresseur du digital et des réseaux sociaux a forcé les médias, ainsi que l’industrie des relations publiques, à se réinventer. Difficile pour une PME de justifier, comme dans le passé, un budget publicitaire d’une dizaine de millers d’euros pour une annonce pleine page dans un grand journal ou de renoncer à une segmentation fine d’audience, à l’image de Facebook par exemple. Difficile également de justifier un budget dédié à une agence de relations publiques de quelques milliers d’euros pour l’envoi de quelques emails à des journalistes, sans garantie de résultat ni d’analyses des retombées médiatiques, comme pourrait le proposer Google Analytics.

« Améliorer la visibilité sur la gestion des coûts nécessitait de réinventer le modèle »

C’est en partant de ces constats que l’équipe de PressCast a décidé de changer les règles du jeu. En proposant aux startups et PME un nouveau modèle d’agence de relations publiques, avec plus de garanties et des services de 3 à 10 fois moins cher qu’une agence classique.

Pour contrer les filtres imposés par les algorithmes de Facebook et les prix exorbitants des espaces publicitaires, Guillaume Collard et les équipes de PressCast ont décidé d’utiliser les réseaux de distribution déjà existants pour mettre en avant les projets de leurs clients : les médias traditionnels.

La plateforme digitale promet gain de temps, d’argent et, surtout, une garantie de résultats. Epuré et simple d’utilisation, le site permet d’envoyer du contenu relatif à son projet en quelques secondes seulement. L’utilisateur renseigne ensuite les types de médias qu’il aimerait toucher, quelques filtres démographiques et le type de collaboration qui l’intéresse : une simple mention dans un article, une interview, un article entier… Les équipes de PressCast transmettent ensuite ces informations à un réseau de médias et leur proposent de mentionner leur clients dans leurs pages.

Mais là où Presscast se différencie réellement des agences de relations publiques traditionnelles, c’est dans le choix de facturer au résultat, et non à l’effort. Ici, une entreprise ne règle Presscast que lorsqu’un média décide et accepte de mentionner le client en question. L’utilisateur de la plateforme de relations publiques ne débourse donc pas un centime avant d’avoir validé cette publication. Une garantie précieuse pour tous ceux qui surveillent leur retour sur investissement et qui souhaitent maitriser leur budget marketing.

Crédits photo : Presscast

Laisser un commentaire